Bulletins | Veilles
15/12/2017
Dans la continuité de nos précédents bulletins, notre cabinet vous tient informé en temps réel de l’évolution de la fiscalité applicable aux monuments historiques dans le cadre de...
>> Lire la suite
09/05/2017
Si vous êtes chef d’entreprise, vous avez assurément dû d’ores et déjà vous questionner sur la pérennisation de votre structure professionnelle ainsi que la question de sa reprise. Dans...
>> Lire la suite
01/02/2016
La loi de finances pour 2016 a modifié tant les régimes dits Malraux ancien (articles 31, 32 et 156 du CGI) que Malraux nouveau (article 199 tervicies du CGI). Focus sur les modifications...
>> Lire la suite
22/05/2015
Le Comité de l’abus de droit fiscal s’est positionné à l’encontre d’un montage de démembrement de parts sociales (séance du 29 janvier 2015, CADF/AC n°01/2015, affaire n° 2014-33...
>> Lire la suite
28/03/2013
La loi Duflot, codifiée à l’article 199 novovicies du Code général des Impôts, permet le bénéfice de la réduction d’impôt en cas d’acquisition par le contribuable de logements en...
>> Lire la suite
07/01/2013
Dès l’instant que le contrat d’agent commercial liant les parties prévoit que l’agent sera re-crédité de commissions qui lui ont été préalablement déduites en raison d’impayés du...
>> Lire la suite
Fiscalité : Les modifications concernant les réductions IR/ISF dite « Madelin » et « TEPA ».
16/03/2017
Par Vianney RIVIERE, Olivier Denis, Emmanuelle Pouts Saint Germé, Cédric Vermuse, Martin Peyronnet

 

La loi de finances rectificative du 29 décembre 2016 a prévu un nouvel aménagement de l’obligation de conservation des titres. 
Par ailleurs, elle harmonise les exceptions applicables à cette obligation de conservation.

 

RAPPEL DES DISPOSITIFS « TEPA » ET « MADELIN »


Le dispositif en chiffres


Les deux régimes permettent une réduction :  

 

  • D’impôt sur le revenu à hauteur de 18% des versements effectués. L’investissement est plafonné à 50.000€ pour un célibataire et 100.000€ pour un couple ;
  • D’impôt de solidarité sur la fortune à hauteur de 50 % des versements effectués. L’investissement est plafonné à 90.000€.

 

L’investissement doit se faire au bénéfice d’une société éligible, exclusivement en numéraire, lors de la constitution de la société ou lors d’une augmentation de capital.


Les sociétés éligibles


Pour être éligible au dispositif, la société doit : 

 

  • Exercer exclusivement une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole, ou libérale (à l’exclusion des activités immobilières) ;
  • Répondre à la définition européenne des PME ;
  • Ne pas être cotée sur un marché réglementé, français ou étranger.

 

Certaines entreprises, qualifiées de « solidaires d’utilité sociale » peuvent avoir une activité plus large :

 

  • Une activité financière ;
  • Une activité de promotion immobilière ;
  • Une activité immobilière de manière générale.

 

L’ASSOUPLISSEMENT DES CONDITIONS DE CONSERVATION DES TITRES

 

Le régime actuel 


Le bénéfice de la réduction d’imposition est notamment subordonné au respect d’une condition de conservation des titres par le souscripteur, jusqu’au 31 décembre de la 5ème année suivant la souscription.

Le non respect de cette condition entraîne en principe la remise en cause de l’avantage fiscal.

Cependant, l’article 37 de la loi de finances rectificative du 29 décembre 2016 permet que l’avantage fiscal ne soit pas remis en cause si certaines conditions, ci-après exposées, sont remplies.


Le nouveau régime


Désormais, en cas de non respect des conditions de conservation des titres, quelle que soit le motif de cette cession, l’avantage fiscal n’est pas remis en cause si les conditions cumulatives suivantes sont respectées

  • La cession intervient plus de 3 ans après la souscription ;
  • Dans le délai de 12 mois à compter de la cession, le cédant doit réinvestir la totalité du prix de vente dans une entreprise éligible ;
  • Les titres remis en contrepartie du réinvestissement doivent être conservés jusqu’au 31 décembre de la 5ème année (le point de départ est le 1er investissement).

 

Précisions

 

Date d’application

 

Les modifications précédemment énoncées s’appliquent à toutes les cessions intervenues à compter du 31 décembre 2016, peu importe la date de l’investissement initial.


Le réinvestissement des sommes

 

Selon l’article 37 de la loi de finance rectificative du 29  décembre 2016, le réinvestissement doit porter sur la totalité du prix de la cession, diminué des impôts et taxes générés par cette dernière.

 

La notion d’entreprise solidaire d’utilité sociale

 

Les entreprises solidaires d’utilité sociale doivent avoir pour objectif :

  • d’apporter, a travers leur activité, un soutien à des personnes en situation de fragilité ;
  • de contribuer à la lutte contre les exclusions ;
  • de concourir au développement durable.

 

Fiscalité : Les modifications concernant les réductions IR/ISF dite « Madelin » et « TEPA ».
16/03/2017
Par Vianney RIVIERE, Olivier Denis, Emmanuelle Pouts Saint Germé, Cédric Vermuse, Martin Peyronnet

 

La loi de finances rectificative du 29 décembre 2016 a prévu un nouvel aménagement de l’obligation de conservation des titres. 
Par ailleurs, elle harmonise les exceptions applicables à cette obligation de conservation.

 

RAPPEL DES DISPOSITIFS « TEPA » ET « MADELIN »


Le dispositif en chiffres


Les deux régimes permettent une réduction :  

 

  • D’impôt sur le revenu à hauteur de 18% des versements effectués. L’investissement est plafonné à 50.000€ pour un célibataire et 100.000€ pour un couple ;
  • D’impôt de solidarité sur la fortune à hauteur de 50 % des versements effectués. L’investissement est plafonné à 90.000€.

 

L’investissement doit se faire au bénéfice d’une société éligible, exclusivement en numéraire, lors de la constitution de la société ou lors d’une augmentation de capital.


Les sociétés éligibles


Pour être éligible au dispositif, la société doit : 

 

  • Exercer exclusivement une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole, ou libérale (à l’exclusion des activités immobilières) ;
  • Répondre à la définition européenne des PME ;
  • Ne pas être cotée sur un marché réglementé, français ou étranger.

 

Certaines entreprises, qualifiées de « solidaires d’utilité sociale » peuvent avoir une activité plus large :

 

  • Une activité financière ;
  • Une activité de promotion immobilière ;
  • Une activité immobilière de manière générale.

 

L’ASSOUPLISSEMENT DES CONDITIONS DE CONSERVATION DES TITRES

 

Le régime actuel 


Le bénéfice de la réduction d’imposition est notamment subordonné au respect d’une condition de conservation des titres par le souscripteur, jusqu’au 31 décembre de la 5ème année suivant la souscription.

Le non respect de cette condition entraîne en principe la remise en cause de l’avantage fiscal.

Cependant, l’article 37 de la loi de finances rectificative du 29 décembre 2016 permet que l’avantage fiscal ne soit pas remis en cause si certaines conditions, ci-après exposées, sont remplies.


Le nouveau régime


Désormais, en cas de non respect des conditions de conservation des titres, quelle que soit le motif de cette cession, l’avantage fiscal n’est pas remis en cause si les conditions cumulatives suivantes sont respectées

  • La cession intervient plus de 3 ans après la souscription ;
  • Dans le délai de 12 mois à compter de la cession, le cédant doit réinvestir la totalité du prix de vente dans une entreprise éligible ;
  • Les titres remis en contrepartie du réinvestissement doivent être conservés jusqu’au 31 décembre de la 5ème année (le point de départ est le 1er investissement).

 

Précisions

 

Date d’application

 

Les modifications précédemment énoncées s’appliquent à toutes les cessions intervenues à compter du 31 décembre 2016, peu importe la date de l’investissement initial.


Le réinvestissement des sommes

 

Selon l’article 37 de la loi de finance rectificative du 29  décembre 2016, le réinvestissement doit porter sur la totalité du prix de la cession, diminué des impôts et taxes générés par cette dernière.

 

La notion d’entreprise solidaire d’utilité sociale

 

Les entreprises solidaires d’utilité sociale doivent avoir pour objectif :

  • d’apporter, a travers leur activité, un soutien à des personnes en situation de fragilité ;
  • de contribuer à la lutte contre les exclusions ;
  • de concourir au développement durable.

 

23/06/2016
Olivier Bonneau et Mélissa Rivière répondent à une ITW d'Emmanuelle Maupin, du site Internet Achat Public à propos de l'annulation en référé de la DSP des transports interurbains et...
>> Lire la suite